Bébé, Poupette n’a jamais pris la tutute (ou tétine, si tu préfères). On a essayé plusieurs fois de lui donner pour apaiser son besoin de succion, mais c’était définitivement pas son truc. Elle la recrachait systématiquement. D’ailleurs, on a seulement une photo d’elle avec une tutute en bouche, et elle a l’air interrogateur de celle qui dit « m’enfin, maman, c’est quoi ce truc que tu me mets en bouche ? »

Finalement, et quand je comparais avec d’autres enfants de son âge, j’étais bien contente qu’elle ait refusé cette fameuse tutute ! Tous ces parents qui me racontaient devoir se lever plusieurs fois par nuit pour remettre l’engin dans la bouche de leur petiot…. holà, non merci !

Pour autant, la Poupette avait réellement un besoin de téter. Elle a longtemps tété sa langue. Un mouvement tout mignon, indescriptible, comme si elle « tétait dans le vide ». Souvent cela signifiait qu’elle était fatiguée.

Et pour s’endormir, elle avait une multitude de peluches et doudous en tous genres dans son lit, en prenait un au hasard, le tétait et s’endormait.

Jusqu’à ce qu’elle le choisisse, LUI. L’unique, le seul, celui qui avait la plus longue étiquette du monde : le nounours IKEA à 1€. Je dois dire que mon bon goût de Maman, ayant choisi de jolis doudous Noukies achetés en 2 exemplaires (et à un prix un chouïa plus élevé, n’est-ce pas), fut légèrement frustré quand elle s’est attachée au dit Nounours (longtemps appelé Nounoutch, par ailleurs). Ce qui lui plaisait : tétouiller sa longue étiquette ! D’ailleurs, croyant bien faire, Nanou avait acheté le frère de Nounoutch et lui avait coupé son étiquette. Sacrilège ! Ce Nounoutch-là était nettement moins intéressant aux yeux de la Poupette.

Nounoutch au temps de sa gloire !
Nounoutch au temps de sa gloire !
Nounoutch (aau centre) et ses petites frères :-)
Nounoutch (au centre) et ses petites frères 🙂
Quand Nounoutch a pris son bain...
Quand Nounoutch a pris son bain…

Longtemps, Nounoutch est resté l’élu. J’ai donc fait un stock de petits frères pour parer à toutes les situations. Jusqu’à ce qu’arrive Doudou dans la vie de Poupette.

Aaaaaah Doudou. Reçu à sa naissance. Marque Obaïbi. Déclaré inintéressant durant près de deux ans. Devenu le préféré-de-tous-les-doudous-du-monde depuis environ un an. Allez savoir ce qu’il lui a fait ?!? Un charmeur ce doudou. Une étiquette aussi (primordial), mais qui s’use beaucoup moins vite que celle de Nounoutch. Doudou, c’est le seul qui a le droit de venir à l’école avec Poupette, le premier qu’elle prend quand elle est fatiguée/chouineuse/malade. The One, quoi. Alors imagine un peu mon stress quotidien à l’idée qu’on pourrait perdre Doudou et son étiquette ! Racheter des copies sur un produit datant de 2012… autant rêver !

Aaaaah Doudou le bien-aimé !
Aaaaah Doudou le bien-aimé !

Et alors que je n’y croyais plus, que j’avais définitivement renoncé à ma quête et qu’on redoutait plus que tout le moment où Doudou allait être perdu (balade en poussette, courses au magasin, vacances à des centaines de kilomètres… le danger était réellement partout !), je l’ai vu. Par hasard en entrant dans un magasin Obaïbi (ok, j’avoue, je n’y entre jamais par hasard). Il était là. N’attendait que moi. Réédité ! Miracle. Du coup, 2 petits frères ont élu domicile chez nous, juste au cas où. Et ont déjà bien servi, vu la distraction de Poupette, qui a déjà oublié son meilleur pote à l’école ou chez la Nounou… Pas dupe, la Poupette : elle sait qu’alors, ce n’est pas le vrai doudou, mais elle s’en contente si besoin est (ce qui est l’essentiel).

Mais on ne s’arrête pas là, les amis. Depuis qu’on va régulièrement au zoo (Pairi Daiza pour ne pas le citer), 2 nouveaux compagnons ont fait leur apparition et complètent le duo infernal : un panda et un lémurien, sobrement baptisés Panda et ‘Le Chinche’.

La bande des 4 la suit dans tous ses déplacements. Sauf à l’école, où on n’autorise que Doudou. Sauf exception, donc, ces 4-là se déplacent rarement seuls. Inséparables. Et gare à celui qui disparaît de sa vue… Combien de fois par jour n’entend-t-on pas « il est où Panda ? », « il est où Doudou ? ».

Aujourd’hui on prie pour que la bande ne s’agrandisse plus. Sinon, à ce train-là, on va demander la carte famille nombreuse.

La bande des 4
La bande des 4

Et chez vous, ça se passe comment ? Tutute ou Doudou ? Vous avez des doubles ? Racontez-moi !

 

Publicités