Avant la naissance de Poupette, je faisais partie des parents remplis de bonnes intentions et de bonnes résolutions. Oui, de ceux qui veulent éduquer leurs enfants en leur donnant le goût à la lecture et à la littérature de jeunesse, en les abonnant à L’Ecole des Loisirs dès le plus jeune âge… dans l’espoir, une fois l’adolescence venue, qu’ils dévorent Zola, Balzac et autre Alain-Fournier au lieu d’aller chercher le résumé sur internet avant l’interro du prof de Français (oui, je suis romaniste. On ne se refait pas !).

Mais, à l’image de Maman qui, il faut bien l’avouer, est allègrement passée de Maupassant à Marc Lévy ou Dan Brown, Poupette a bien le droit, elle aussi, de délaisser « Les jolies histoires pleines de bonnes intentions de l’Ecole des Loisirs » pour d’autres lectures moins sérieuses ou plus légères, dirons-nous. Car oui, on a beau jurer les grands dieux, parfois, on craque. Sans compter la famille. C’est ainsi que la bibliothèque de Poupette regorge d’ouvrages ludiques, colorés et didactiques, à l’image de Tchoupi, Dora, Petit Ours Brun ou (moins connue mais tout aussi aventureuse) Juliette.

IMG_1016

C’est aussi un peu de ta faute après tout ! Oui, tu sens très vite le bon filon pour accompagner ta fille dans les grandes étapes de la vie.

  • Elle s’intéresse au petit pot ? Vite un saut à la Fnac pour acheter « Tchoupi va sur le pot » (un must-have !).
  • Tu es enceinte ? Alors là, tu as carrément le choix entre « La maman de Tchoupi attend un bébé », « Tchoupi a une petite sœur » et « Tchoupi s’occupe bien de sa petite sœur ». Nous on a les 3. Bah oui, tant qu’à faire, autant se faire toute la collection.
  • Elle veut ABSOLUMENT mettre ce joli short à lignes rouge et blanc avec ce t-shirt à fleurs jaune et bleu ? Oui, la Poupette a des goûts éclectiques et je me demande de qui elle tient ça. Pas de sa maman fashion addict, en tout cas. Enfin soit. Revenons à nos moutons. Ou plutôt à nos pingouins. Car ce bon vieux Tchoupi est un pingouin figure-toi. D’accord ça ne se voit pas au premier coup d’œil, mais c’est pourtant vrai. Et donc, hop hop hop, j’ai couru acheter « Tchoupi s’habille tout seul (qui plus est, en assortissant bien ses vêtements, donc) ».

Toutes les situations de la vie de nos bambins, je vous dis ! Il ratisse large, le Tchoupi. Même s’il manque à la collection quelques titres bien choisis comme ‘Tchoupi mange tout seul et proprement’, ‘Tchoupi arrête de s’énerver quand il veut sortir de table’, ‘Tchoupi aime quand Papa et Maman lui nettoient le nez avec des flapules de sérum phy’ et ‘Tchoupi va au lit sans broncher’. Qui sait, peut-être que l’auteur me lit et que ça lui donnera des idées…?

De la grande littérature, cette collection de Tchoupi. Si si, je vous assure. Qui mérite un décryptage approfondi. Premier constat: de deux choses l’une : soit les parents de Tchoupi sont naïfs, soit inconscients, soit bêtes (ou les trois ensemble). Prenons par exemple le livre préféré de Poupette, celui qu’on doit lui lire quasiment tous les soirs depuis des mois (sauf depuis quelques semaines, car « Juliette fait les courses » reprend du galon). D’abord, Tchoupi joue dans le jardin avec un ballon. Situation on ne peut plus normale. Mais ce qui devait arriver arriva. Papa a le dos tourné et « Bim, le ballon atterrit parmi les jolies fleurs de Maman ». D’abord, tu apprendras en étant parent que les jolies fleurs, tu les admires chez ta mère. Ou chez les voisins. Chez toi, tu n’auras de toute façon pas le temps de faire pousser (encore moins d’entretenir) des jolies fleurs (rappelle-toi, tu as deux enfants en bas âge). Tout au plus, tu te contentes de la lavande (ça pousse tout seul, ça remplit bien, ça sent bon et ça ne demande pas d’entretien). Pour les jolis bégonias, iris, lys et autres rosiers, tu repasseras. Dans quelques années. Et bien pas chez les parents de Tchoupi, figure-toi ! Eux, ils élèvent leur enfants, travaillent et ont même le temps de jardiner à leurs heures perdues. T’as donc juste envie de leur dire « Bien fait, vous l’avez cherché. Gnark gnark. »

2e étape : non content d’avoir foutu en l’air les fleurs de Maman (qui n’a pas l’air d’être au courant par ailleurs), Tchoupi se met en tête d’aider sa maman sur l’ordinateur. Oui, parce qu’elle est moderne, la maman de Tchoupi. Elle fait du téléworking en gardant Tchoupi ET avec le babyphone de la petite sœur posé sur le bureau. Ben voyons. Je ne sais pas ce qu’elle fait comme métier, la maman de Tchoupi, mais ça m’a l’air de demander assez peu de calme et de concentration. Et un employeur vachement compréhensif. Enfin, soit.

Maman se laisse faire. Haha. La bonne blague. C’est bien connu, un enfant haut comme 3 pommes te sera d’une aide précieuse dans la rédaction du compte-rendu de la dernière réunion d’équipe, la clôture du budget du département pour les 6 prochains mois ou le rétroplanning du prochain magazine d’entreprise (oui, je sais, ça sent le vécu à plein nez). Donc, Tchoupi est en train de faire des savants calculs TVA sur le budget et te rappelle qu’il faut prévoir une certaine marge pour les délais d’impression du magazine, quand tout à coup, catastrophe : « Tchoupi, tu as effacé tout mon texte ! Je suis très fâchée, va jouer ailleurs ! »
Conclusion : la maman de Tchoupi ne connaît pas la fonction CTRL+Z. Ah ça c’est ballot. Très utile pourtant, comme le Rewind du magnétoscope (j’ai 31 ans… remember ?). En appuyant sur ces 2 petits boutons magiques (simultanément hein, sinon tu peux te brosser), Maman retrouverait son texte. Et si elle faisait régulièrement des CTRL + S, tout ça n’arriverait pas !

Non seulement, sa mère est nulle en informatique et en plus, elle l’engueule alors qu’il voulait juste aider… Pauvre Tchoupi. Il part donc voir ailleurs. Et quand je dis « ailleurs », c’est dans la chambre de sa petite sœur Fanni, qui était pourtant en train de faire la sieste (Maman avait mis le babyphone ‘unité parents’ sur son bureau, si tu me suis toujours). Donc Maman n’entend rien, fait semblant de ne rien entendre (ouh, maman démissionnaire), est trop concentrée à retaper tout son texte (vu qu’elle ne connaît pas les raccourcis magiques de Word). Ou alors, Tchoupi est vachement silencieux/discret. Ce qui, pour un enfant de 3 ans, paraît assez peu probable. Donc Tchoupi décide de maquiller sa petite sœur avec des marqueurs. Super idée, très créative. Le résultat n’est pas si mal, mais pas vraiment au goût de Maman (qui a fini par lever le nez de son clavier, cette working addict ! Mais trop tard…). Tchoupi se fait donc engueuler pour la 3e fois en 5 minutes.

Tu commences à avoir pitié de lui, mais lui, il a l’air de trouver ça sympa, puisque – 4e bêtise – il décide de mettre toutes ses peluches au bain dans le lavabo de la salle de bains. Et là, j’applaudis l’initiative. Franchement, si ma Poupette avait elle-même l’intention (et le courage) de faire un petit brin de toilette à Nounours, Doudou et Panda, je ne lui en serais que reconnaissante et j’applaudirais des 2 mains (impossible de les lui piquer pour une lessive, elle les traîne partout, tout le temps – et malheur à celui qui disparaît de sa vue plus de 15 minutes. Et pourtant, ils ne sentent plus la rose depuis longtemps !). Au lieu d’applaudir l’esprit d’initiative de Tchoupi, Papa, qui était dans le jardin (sûrement qu’il venait prendre une petite douche après avoir tondu la pelouse), gronde et envoie le pauvre Tchoupi dans sa chambre. Et zou. Va réfléchir.

Mais parce qu’un vrai bon Tchoupi se finit toujours bien, le garnement finit par faire un beau dessin pour se faire pardonner. Et tout le monde est content. Et tu sais quoi ? Les bêtises de Tchoupi n’ont même pas donné de mauvaise idée à la Poupette. Elle développe son esprit critique. Intelligente, cette petite.

Et chez toi, on lit aussi Tchoupi ? Raconte !

 

Publicités