Partir en vacances… une grande aventure en soi. Une aventure encore plus palpitante quand on part avec 2 enfants de moins de 3 ans (dont une de même pas 6 mois, faut-il le rappeler ?).

Quelle mouche nous a piqués, PapaGirls et moi ? Une semaine de vacances… De vacances ? Non, ce mot ne fait plus vraiment partie de notre vocabulaire depuis que Poupette et BébéCha font partie de nos vies. Car sache-le, les vacances avec enfants n’ont absolument RIEN à voir avec des vacances. Enfin, quasi rien (je ne veux pas non plus faire peur aux nullipares – le but n’étant pas d’éradiquer l’espèce, quand même).

Quand tu n’as pas d’enfant…

  • Tu pars en vacances quand bon te semble : un citytrip en plein mois d’octobre, une semaine au ski fin mars et un tour de la Corse fin juin ! Le monde est à toi, et tu peux le découvrir HORS SAISON.
  • Tu réserves en dernière minute. Bah oui, l’aventure, c’est l’aventure. Au pire, il y a la belle étoile. Romantique et dépaysant.
  • Tu prépares ta valise la veille : 2-3 bikinis, des t-shirts, des shorts, quelques jolies robes pour les soirées en amoureux, une trousse de toilette et le tour est joué.
  • Tu pars en Clio ou en Ford Fiesta. 3 portes. Le coffre même pas rempli (2 petites valises, un sac à dos et – éventuellement – une glacière)
  • Tu roules de nuit, de jour. Tu t’en fous en fait. Tu roules. Et tu t’arrêtes quand bon te semble (le plein d’essence ou la pause pipi, en gros).
  • Tu fais la crêpe au soleil, au bord de la piscine, un verre de rosé-pamplemousse à la main (oui, je suis très branchée rosé-pamplemousse cet été – le mojito c’est dépassé les filles !).
  • Tu visites un peu, au gré de tes envies, de la chaleur, des découvertes au détour des chemins.
  • Tu te lèves à 9h. Ou plutôt non. Tu te réveilles carrément à 9h.
  • Tu prends le petit déj en terrasse, pépère. Tu dégustes ton croissant, tu te fous de mettre des miettes partout, tu te prends un café ET un jus d’orange ET un verre de lait.
  • Tu vas au resto. Et même aux restos. Tous les jours ou presque. Tu prends le temps de l’apéro, et tu fais péter entrée, plat, dessert.
  • Tu bulles et tu siestes.
  • Tu rentres à pas d’heure.
  • Bref, tu profites et tu ne te poses pas de question. Et tu pleures quand c’est fini. Les vacances, quoi.

Tu sens le vécu hein ? Affirmatif. C’est vécu. Mais ça, c’était avant. On vient d’expérimenter les vacances en plein mois d’août, avec les Girls. Et quand tu pars en vacances avec des enfants…

  • Tu prends tes vacances en même temps que le reste du monde. Haha la bonne blague. Bison Futé est ton meilleur ami pour éviter les journées rouges ou trouver les itinéraires bis. Tu ne trouves jamais de place de parking dans les lieux que tu veux visiter. Et quand tu en trouves une, c’est genre 3,50€ les 20 minutes. Tu peux te brosser pour le citytrip en octobre. Tu peux pas, y’a école. Et le ski ? Semaine de carnaval ou de Pâques, ma petite dame. Pistes bondées, slalom assuré. Ah oui, et j’oubliais : tu paies plein pot !
  • Tu réserves tes vacances d’été dès le mois de janvier. Il faut prévoir la semaine qui tombe en même temps que la fermeture de la crèche/les vacances de la gardienne. Et il faut faire part de ses desiderata aux collègues. Pas de place à l’improvisation.
  • Tu commences ta valise une semaine à l’avance, minimum. Car tu n’as plus une valise, mais 4 (et quand tu aimes te compliquer la vie, comme nous, tu pars en Bretagne. Comme ça t’es obligé de prendre des vêtements pour tous les temps 🙂 ). Tu passes donc la semaine qui précède à recompter les bodies de la Deuz’ et à vérifier si tu as pris assez de pulls/shorts pour la Prem’s. Tu fais quand même encore ta propre valise la veille, à l’arrache.
  • Tu pars avec un break ou une voiture familiale. Obligé. Ton coffre est plein à craquer : les 4 valises, la poussette, le porte-bébé, les jouets, le relax, la glacière, le parasol, le lit parapluie, les langes…. donc tu t’achètes aussi un coffre de toit. Parce que t’as beau être hyper doué à Tetris, tu n’arriveras pas à tout caser.
  • Tu pars la nuit, en espérant que les enfants dorment (bon, on a de la chance, ce fut le cas – malgré un gros passage « on va où ? et pourquoi ? » de Poupette vers 5h du mat’)
  • Tu t’arrêtes toutes les 2h pour donner un bibi / faire pipi / se dégourdir les jambes / calmer les pleurs (ou tout à la fois).
  • Tu prends même pas ta crème solaire ou ton bikini. T’auras de toute façon pas le temps de faire la crêpe au bord de la piscine, ma chérie. Tout au plus, tu mettras tes pieds dans l’eau et tu te prendras un jet de fusil à eau au moment où tu ne t’y attends pas. Je te parle même pas du rosé pamplemousse. Tu seras au café. Ou plutôt aux cafés.
  • Tu programmes. Tu calcules. On visite mais il faut être rentré pour telle heure car il faut donner à manger / mettre les enfants à la sieste / donner le bain / préparer le goûter. Pas d’impro, j’ai dit.
  • Tu te fais réveiller à 7h30. Mais tu te lèves à 8h quand même. Oui, quand même. Faut pas pousser Maman dans les orties hein.
  • Tu prends le petit déj en vitesse, après les biberons et avant les régurgitations – sans oublier de lancer un Babycook pour que le dîner de la Deuz’ soit déjà prêt.
  • Tu ne vas pas au resto. Ou tu essaies. Mais une fois. Tu choisis bien le resto dans lequel tu as de la place pour caler la poussette de la Deuz’ à côté de toi et où il y a un micro-ondes pour réchauffer sa purée préparée pendant le petit déjeuner du matin. Ah oui, parce que si tu vas au resto, c’est le midi hein. Le soir, tu oublies. Y’a le bain / le bibi / le dodo… Toussa toussa.
  • Tu speedes. Tout le temps. Parce que des enfants en vacances, c’est plein d’énergie et très en demande, figure-toi ! Le premier mot de Poupette quand on venait la chercher dans son lit le matin, c’était d’ailleurs « et on va où, nous, aujourd’hui ? ». « Euhhh. Bonjour ma chérie ! Bien dormi ? »
  • Tu rentres toujours pour 18h, max (voir plus haut pour les raisons).
  • T’es content(e) de retourner au boulot, finalement.

En vrai, même si ces premières vacances à 4 ne furent pas de tout repos, elles ont été géniales. Fatigantes, mais géniales.

  • Une Poupette curieuse de tout, qui a fait le plein de découvertes et de nature (la mer les bateaux, les coquillages, les algues, les rochers, les mouettes, les ballots de paille…), qui s’émerveille de tout, et à qui on pouvait enfin consacrer du temps.
    Poupette à Dinan
    Poupette à Dinan

    Ramasser des coquillages, aller voir la mer.
    Ramasser des coquillages, aller voir la mer.
  • BébéCha qui s’ouvre de plus en plus au monde, curieuse de tout elle aussi, qui veut participer, montrer qu’elle est là. Très sage la plupart du temps.

    Mettre ses pieds dans la mer, une première pour BébéCha !
    Mettre ses pieds dans la mer, une première pour BébéCha !
  • Des siestes de sisters en synchro (merciiiiiiiii mon dieu !)

    à deux dans le lit de BébéCha !
    à deux dans le lit de BébéCha !
  • Des soupers et des soirées à deux en amoureux, une fois les filles au lit.

    Le 'lomard', comme dirait Poupette
    Le ‘lomard’, comme dirait Poupette
  • Des dizaines de photos pour immortaliser ces moments inoubliables en famille.
  • Des contraintes et une fatigue vite oubliées. Désormais c’est ça, les vacances chez les Girls. D’ailleurs on repart très bientôt. On n’est pas vaccinés. Et un peu fous peut-être.
Morceaux choisis...
Morceaux choisis…
Morceaux choisis...
Morceaux choisis…

Et chez toi, c’est comment les vacances avec les enfants ?

Publicités