Du haut de ses 3 ans, 10 mois, 28 jours, 21h et 20 minutes, de ses 13,600 kg toute mouillée et de sa petite centaine de centimètres, ma Poupette est une petite fille sensible et forte à la fois. Capable de nous impressionner par ses acquis, son langage ou sa volonté de fer (en vrai, on appelle ça une tête de mule, je sais). Prévisible. Et en même temps, tellement déconcertante par les réactions émotives et explosives qu’elle peut avoir dans certaines circonstances.

dsc_0511Ce qui est sûr, c’est qu’elle est bien dans ses baskets et qu’elle sait ce qu’elle veut/ne veut pas. Et qu’elle l’exprime clairement. Ce qui, au quotidien, a parfois le don de nous agacer au plus haut point. Mais en y réfléchissant bien, c’est plutôt normal, à cet âge-là… Tellement de choses sont en train de naître et de se mettre en place en elle. On lui donne beaucoup de contraintes, d’obligations, de devoirs : « il faut faire ceci, tu ne peux pas dire ça, viens ici, stop, ne fais pas ça… ». Mais elle a le droit de dire que ça ne lui plaît pas.

Du haut de ses 3 ans 10 mois 28 jours, 21 heures et 21 minutes…

  • Elle a le droit de se retourner dans son lit le matin quand je viens la réveiller pour aller à l’école, de me dire qu’elle ne veut pas venir dans mes bras, qu’elle préférerait voir son papa ou même retourner en Suisse.
  • Elle a le droit de faire sa mine de boudeuse et de ne plus nous parler, quand on lui demande de faire un effort pour goûter les légumes qui sont dans son assiette.
  • Elle a le droit de se fermer comme une huître, dès qu’on descend de la voiture pour aller jusqu’à l’école.
  • Elle a le droit de refuser un gros bisou, un câlin ou un élan affectif d’un copain ou d’une copine un peu trop intime à son goût.
  • Elle a le droit de me dire qu’elle n’aime pas le super-plat-que-j’ai-cuisiné-avec-amour.
  • Elle a le droit d’avoir envie de jouer dehors quand il faut venir manger.
  • Elle a le droit de pleurer et de trépigner quand on lui dit que les dessins animés, c’est terminé.
  • Elle a le droit de vouloir écrire les lettres de son prénom dans le désordre, de peindre un cochon en jaune et un canard en bleu.
  • Elle a le droit de ne pas avoir envie qu’on lui lave les cheveux aujourd’hui.
  • Elle a le droit de vouloir mettre une jupe qui danse et pas le pantalon que je lui ai choisi.

Elle a le droit parce qu’elle est une petite fille de seulement 3 ans, 10 mois, 28 jours, 21 heures et 23 minutes.
Qu’à un si jeune âge, elle est en train de construire quelque chose d’énorme, qui la suivra toute sa vie, qui sera unique et précieux, aimé, adoré ou détesté : sa personnalité. Elle est déjà quelqu’un d’unique à nos yeux, mais elle est en train de devenir une vraie petite fille unique aux yeux du monde qui l’entoure.

C’est l’expérience la plus émouvante et la plus merveilleuse qu’il me soit donné de vivre et d’observer. Elle me fascine et m’impressionne. Elle se forge un caractère, ce qui fera d’elle une personne exceptionnelle. Ce qui déterminera ses amitiés et ses amours futures, ses études, son métier, ses choix de vie…

A nous, parents, de l’aider à construire brique par brique ce merveilleux édifice. En lui ouvrant le champ de tous les possibles et en posant les bons jalons au bon moment. Et en la guidant du mieux qu’on peut sur ce long chemin. Après tout, c’est ça, être parent 🙂

Publicités