J’en parlais déjà dans mon dernier article, en Belgique, c’est bientôt la Saint-Nicolas ! Et quelques semaines plus tard, on fêtera aussi Noël. Deux moments magiques, hors du temps, deux journées durant lesquelles les yeux des enfants brillent devant les jolis cadeaux offerts par ces 2 grands barbus bien sympathiques. Oui, sauf que derrière le grand barbu, il y a les parents… qui n’ont pas toujours un budget illimité. Alors entre envie de faire plaisir et contraintes budgétaires, je vous livre mes solutions pour les gâter sans se ruiner !

Acheter tout au long de l’année

Les fêtes, j’y pense très longtemps à l’avance. En fait, je crois que j’y pense tout le temps 🙂 L’avantage, c’est que ça me permet d’acheter des cadeaux régulièrement tout au long de l’année, grâce à des promotions entre autres ! Il m’arrive régulièrement d’acheter un cadeau ou de profiter d’une action intéressante et de mettre le cadeau de côté pour quelques mois ! Ce fut d’ailleurs dernièrement le cas pour les 5 ans de Poupette : elle a reçu une montre Flik-Flak que j’avais cachée dans mon armoire… depuis près de 6 mois ! En fait, mes armoires sont remplies de cadeaux tout au long de l’année (va d’ailleurs falloir que je pense à changer de cachette, car je soupçonne Poupette d’avoir découvert l’endroit des trésors) !
Avantage : ça permet d’étaler les dépenses et d’attendre le bon moment pour offrir le cadeau qui fera plaisir.
Inconvénient : ce n’est pas toujours facile d’attendre ! Et puis, j’avoue avoir parfois « oublié » des cadeaux achetés, parce qu’ils étaient trop bien cachés (oups).

Profiter des bourses aux jouets

Depuis le mois d’octobre, des bourses aux jouets sont régulièrement organisées dans ma région. Et on peut y faire de super affaires ! Le top, ce sont les bourses chapeautées par un organisme (La Ligue des Familles, par exemple) qui vérifie tous les jouets avant qu’ils soient mis en vente (pièces de puzzle comptées, fonctionnement vérifié s’il y a des piles…). En brocante ou en vide-grenier, il y a également de bonnes affaires à faire, et la possibilité de négocier avec le vendeur, si vous avez des talents de ce côté-là !
Avantage : on donne une deuxième (ou troisième) vie à des jeux qui sont encore en excellent état. Dans la société de consommation dans laquelle on vit (et je ne suis pas la dernière à en profiter), je trouve que c’est une manière de consommer autrement, d’être plus « conscient » de ses achats et des déchets qu’ils occasionnent.
Inconvénient : il faut apprécier la « seconde main » évidemment… ce n’est pas le cas de tout le monde, et je le comprends aussi. D’ailleurs, je n’achète en bourse ou en brocante que pour les cadeaux de mes filles, pas pour d’autres enfants.

Surfer sur les sites de seconde main

Cela va de pair avec le conseil précédent, sauf qu’on est sur internet. Des tas de sites proposent aux particuliers de vendre des objets de seconde main ! J’en suis une fervente adepte, et pas que pour les jouets d’ailleurs (mon site de prédilection: www.2ememain.be). C’est une démarche écologique et économique, qui me permet aussi d’offrir plus de cadeaux pour un même budget. Petit exemple : ma grande a demandé à Saint-Nicolas le camping-car de Barbie, prix affiché en magasin : 85 €. Un gros budget pour un cadeau avec lequel, si cela se trouve, elle ne jouera (quasi) pas. En quelques clicks, j’ai trouvé un camping-car 5x moins cher à 10km de chez moi… alors certes, ce n’est pas le dernier modèle. Mais il est nickel et lui fera tout autant plaisir, si c’est ce qu’elle souhaite !
Avantage : idem que pour le conseil précédent, avec la facilité en plus puisque cela se passe en ligne… pas besoin de sortir de chez soi. Vous pouvez même aussi convenir d’une livraison avec le vendeur.
Inconvénient : il y a parfois des vendeurs malhonnêtes, des objets qui ne sont pas conformes à la description et des déceptions. Et puis il y a la possibilité de surenchère : un objet convoité peut vite vous passer sous le nez !

Profiter des promotions et des actions dans les magasins

De nombreux magasins proposent de jolies réductions quelques semaines avant les fêtes. 2 jouets + 1 gratuit, ou le 2e jouet à -50 % par exemple. Parfois la promotion ne dure qu’un jour, parfois plusieurs. Il faut prendre le temps de repérer et de comparer pour ne pas louper le moment. Et depuis l’an dernier, le Black Friday a envahi nos contrées lui aussi. J’avoue en avoir plus que profité pour les cadeaux des enfants cette année. Et j’ai fait de très bonnes affaires (-30%, -40%). D’ailleurs, que ceux qui ont craqué pour la boîte à histoires de Lunii à 39€ au lieu de 59€ vendredi dernier sur Amazon lèvent la main 🙂
Avantage : des jouets neufs à des prix plus raisonnables, qu’on n’aurait pas nécessairement achetés en temps normal.
Inconvénient : on ne peut jamais avoir la garantie que le sabre-laser-Star-Wars-supersonique-et-interstellaire ou que le petit-poney-rose-à-paillettes-qui-chante-et-qui-danse feront partie des produits en promotion ou à prix cassé… si c’est ce que vous souhaitez offrir absolument, il faudra parfois casser la tirelire malgré tout !

Voilà… juste quelques petits trucs très simples que la plupart d’entre vous connaissent probablement ou suivent déjà ! Mais peut-être que vous en avez d’autres ? Comment faites-vous pour faire rimer « jouets » avec « budget » ? Dites-moi tout !

 

 

Publicités