Quand le quotidien reprend son cours infernal, quand les journées filent au rythme des rames de métro, quand on crie, quand on pleure, quand on cède à l’énième crise, quand tout est trépidant ou épuisant… il y a CE moment.CE moment auquel je pense souvent dans la journée, du lever compliqué de la grande au biberon avalé de travers, du « j’ai pas envie d’aller à l’école » à l’accident de parcours, du train en retard (encore) au café refroidi (encore aussi).

CE moment qui nous réunira au terme d’une journée rythmée par les ateliers, les dossiers, les activités, les réunions, les repas pris sur le pouce sur un coin du bureau ou dans l’ambiance d’une cantine bien trop bruyante…

CE moment qui mettra un point final aux centaines de kilomètres avalés, à la fatigue accumulée et aux crises désamorcées (ou pas d’ailleurs).

CE petit moment soigneusement préparé, mais parfois aussi improvisé. Celui qui réunit les cœurs, qui apaise les esprits, qui met un peu de douceur dans nos quotidiens de folie…

CE moment que j’imagine, jamais tout à fait le même, jamais tout à fait un autre.

CE moment, une parenthèse entre 19h24 et 19h47 (à peu de choses près). Le bain est donné, le souper avalé ou dégusté (ça dépend des jours), les cheveux sont démêlés, les dents brossées, le bibi affoné (les belges me comprendront), les regards se font plus fatigués, mais l’insistance est là. L’envie aussi. Juste être ensemble au calme dans un cocon créé et recréé chaque jour dans la chambre de l’une ou de l’autre. Sur la couette ou sous la couette. Longtemps ou brièvement.

CE moment, celui de l’histoire, celui des livres si chers à mon cœur de Maman, d’enfant, d’ado, d’étudiante. Qui ont toujours fait partie de ma vie. Qui rythment notre quotidien à tous les 4. Qu’ils soient chantants, empruntés, rimants, offerts, tout nouveaux ou juste retrouvés. De l’Ecole des Loisirs à Tchoupi, de Monsieur à Madame en passant par les Disney, les grands classiques de l’enfance ou les jolies découvertes dans les immenses rayons des librairies dans lesquelles je me perds avec délectation.

Ces livres. Ces histoires… Elles sont magiques, font parfois peur, leur font décocher un sourire ou éclater de rire. On les lit une fois ou des centaines de fois. On touche ces couvertures de toutes les couleurs, on s’attache à un titre ou à un personnage. Ces histoires… elles les connaissent parfois au mot près, au point de me reprendre si je me laisse un peu aller ! Mais j’aime tout autant voir les étoiles qui brillent dans leurs yeux quand je leur propose un livre qu’elles ne connaissent pas.

CE moment. CES moments rien qu’à nous. Hors du temps, si familiers et si indispensables.

NOS histoires…

Publicités