Consommer autrement : 10 premiers petits pas vers le zéro déchet

Le « zéro déchet » ou « zero waste » est sans conteste LE thème à la mode partout, des blogs au journaux en passant par les réseaux sociaux. J’ai l’impression que tout le monde dit se mettre au « zéro déchet », ou « se lancer » dans le zéro déchet. Et finalement, c’est tant mieux… mais comme l’expliquait Emilie dans un récent article, attention aux dérives marketing liées à cette tendance. Je n’en suis pas à l’abri moi-même… Ça me fait réfléchir et ça me fait peur, j’essaie de ne pas « tomber » dedans.

Pour que le « zéro déchet » ne finisse pas comme toutes les autres modes, c’est-à-dire balayée par la suivante !

Mon article d’aujourd’hui n’a pas pour but de moraliser, encore moins de pointer du doigt ou de dire ce qui est bien ou pas bien. Après tout, chaque petit geste compte, chaque changement est nécessaire. Petite goutte deviendra grande !

A la maison, cela fait plus d’un an qu’on a pris le chemin ZD. On est loin d’être parfaits, on va encore au supermarché régulièrement et il y a du plastique dans nos poubelles. Mais ce qui compte, c’est qu’on a pris le train. Et croyez-moi, une fois qu’on est dedans, c’est pas comme avec la SNCB, on n’a plus envie d’en sortir ^^

Ce qui change la vie dans une démarche zéro déchet, ce ne sont pas seulement les habitudes au quotidien, c’est le fait de réfléchir à notre manière d’acheter et de consommer. Ai-je vraiment besoin de cette robe ? Ai-je vraiment besoin d’acheter tous ces produits pour faire des cosmétiques dont je n’ai jamais eu besoin dans ma vie ? Ai-je vraiment besoin de ces pailles en métal, sous prétexte qu’elles sont zéro déchet, alors que les filles n’en utilisent jamais au quotidien ? Si j’achète ce flacon, comment pourrais-je le réutiliser ensuite ? Tout achat est sujet à questionnement. Et je n’ai pas toujours les bonnes réponses. Je me trompe parfois et je tombe dans des pièges.

Raison pour laquelle j’avais envie de partager avec vous nos changements, nos petites victoires, notre « petite part du colibri » dans la jungle du zéro déchet. Pas très originales, mais surtout, pas très compliquées à mettre en place. Vous nous suivez ?

1. La cup

C’est probablement le premier geste ZD que j’ai posé, il y a plus de deux ans déjà (en même temps que l’arrivée de nos poules – mais n’y voyez là aucun lien ^^). Une révélation pour moi ! A chaque période de règles, ma cup ne me quitte pas. Je la stérilise avant de l’utiliser et la lave correctement. Pour le reste, je l’oublie totalement, et c’est vraiment le principal avantage pour moi. Alors, quand on peut en plus éviter des déchets vraiment « cracra » comme les serviettes hygiéniques ou les tampons, je dis OUIIIII ! Avec la cup, il y a un gain économique énorme et un confort que je ne suis pas près d’échanger.

2. Le compost

Nous avons installé un compost au fond du jardin. Il recueille tous nos déchets organiques, y compris l’herbe fraîchement tondue par exemple. Entre ce compost et nos poules, quasi plus aucun déchet « naturel »/organique ne se retrouve dans nos poubelles (sauf les déchets de viande, parce qu’on n’a pas forcément envie d’attirer les rats!). Le produit du compost est réutilisé sur notre potager, que l’on cultive l’été. Rien ne se perd et surtout… on sait d’où vient notre substrat : que des bonnes choses ! Pour le faire vivre (parce qu’un compost, ça vit ! Oui oui !), il y a des principes bien particuliers, mais je vous avoue qu’on fonctionne encore souvent au feeling… Donc on pourrait encore améliorer sa composition et son organisation. C’est un de nos prochains objectifs. Alors, je sais que tout le monde n’a pas un jardin, mais il existe aussi aujourd’hui des petits composts spécifiques pour les appartements ou en balcon. Plus d’excuse !

3. Les courses sans sacs en plastique

Dans les magasins, cela fait déjà plusieurs années qu’on ne distribue plus de sacs plastique à la caisse. Vive les caisses et les sacs réutilisables qu’il faut garder dans le coffre de la voiture ! Depuis quelques mois, on a fait un pas supplémentaire en allant faire les courses avec nos sacs en tissu, pour les fruits et légumes. Mais aussi pour tout ce qui s’achète en vrac (fruits secs, pâtes, céréales…), ce que nous faisons de plus en plus souvent ! Des sacs en tissu, on en trouve de plus en plus dans les magasins spécialisés ou les épiceries en vrac. Le must quand on s’y connaît un minimum en couture : les fabriquer soi-même dans un joli tissu ou dans un tissu de récup !

4. Chacun sa gourde et sa boîte (ou pochette) à tartines

Depuis qu’elles sont à l’école, les Girls ont leur boîte à tartines et leur gourde. Le tout est encore en plastique, mais il y a peu de roulement, elles gardent les mêmes d’année en année pour l’instant. Plus d’aluminium, ni de film plastique. Et elles m’ont demandé de ne plus leur mettre de serviettes en papier, car « quand on mange des tartines, on n’a pas besoin de se frotter la bouche ; et les serviettes, ça fait des déchets inutiles » (que répondre à ça, franchement ?!?). De mon côté, j’utilise une pochette en tissu réutilisable. On en a 3 qui tournent et qu’on utilise, l’homme et moi. Elles passent aussi bien à la machine à laver qu’au lave-vaisselle. Je ne pourrais plus m’en passer !

5. Les mouchoirs en tissu

Honnêtement, je ne pensais pas m’attaquer à ces déchets-là (et pourtant, ils représentent quelques kilos par an, entre les rhumes et les allergies). Ce sont les filles qui m’en ont demandé. Encore une fois, elles sont très conscientisées par les déchets inutiles à l’école, donc c’est tout naturellement qu’elles m’ont demandé des mouchoirs en tissu. N’ayant absolument aucun talent en couture, j’ai récupéré de vieux t-shirts en jersey ou élastiques. Et j’y ai découpé simplement des carrés ! L’avantage de ce type de tissu, c’est qu’il ne s’effiloche pas à la découpe. Les autres tissus demandent qu’on sache coudre des bords, ce qui n’est absolument pas mon truc !
Et puis, les filles ont pu réutiliser leurs vieux t-shirts favoris, elles en sont super contentes ! On a aujourd’hui une vingtaine de mouchoirs et ils filent dans la machine à laver à 60°C (avec les essuies) dès qu’ils sont utilisés. Je vous rassure : on a encore des mouchoirs en papier, pour les périodes « de crise » (genre on a tous les 4 le gros rhume en même temps). Personnellement, cela ne me gêne pas de sortir mon mouchoir en tissu en public, mais je sais que cela peut être sensible pour certains.

6. Apporter ses contenants à la boucherie/charcuterie/fromagerie

C’est un nouveau pas pour nous, depuis le début de cette année. Probablement l’un des plus difficiles encore, parce qu’on n’a pas trouvé ce qui nous convenait tout à fait, entre les classiques Tupperware ou boîtes en plastique (plus légers, mais qu’on oublie ou qu’on n’a pas en assez grande quantité) et les contenants en verre (plus lourds, mais bien mieux sur le plan écologique). On prend de plus en plus le pli en tout cas. L’avantage est que les commerçants du village sont tous très ouverts quand ils nous voient débarquer avec nos boîtes ! D’ailleurs, la prochaine étape, c’est le sac à pain !

7. Utiliser un shampoing solide

J’ai fait le pas il y a près de 2 ans et je ne retournerais pas en arrière ! Quel gain économique et écologique ! Il faut parfois en tester plusieurs sortes ou plusieurs marques avant de trouver celui qui convient le mieux à ses cheveux. Ce qui convient à l’un ne convient pas forcément à l’autre. Mais il y a tellement de sortes de nos jours que l’on peut trouver facilement son bonheur. Avec mon shampoing solide, je tiens 5 mois environ, alors que je me lave les cheveux tous les deux jours (même rythme qu’avant). L’homme s’y est mis aussi récemment, donc on devra probablement en acheter plus souvent… mais ce sont autant de bouteilles de shampoing en plastique qu’on ne jettera pas. Et dès qu’on a fini le flacon des Girls, leur shampoing solide les attend aussi ! Un de mes prochains objectifs est de fabriquer moi-même mon shampoing solide, mais je suis tellement satisfaite de celui que j’utilise que j’ai peur d’être déçue !

8. Faire sa propre lessive

J’en avais déjà parlé dans un précédent article, je vous invite à le lire pour y retrouver tous les avantages (car je n’y vois que des avantages, hormis le temps qu’il faut prendre pour la faire – et encore, ça se fait en 15 minutes !). Cela fait près de deux ans que je fais notre lessive, toujours selon la même recette, mais en variant les huiles essentielles (qui sont plutôt là pour le côté psychologique, car l’odeur ne reste pas sur les vêtements !). Il faut donc s’habituer à des vêtements qui sont propres, mais ne sentent rien. En ce qui me concerne, c’est fait, car quand je reçois des vêtements lavés qui ont une odeur trop forte, je ne supporte pas ! Je les relave directement pour atténuer le parfum.

9. Utiliser des lingettes/cotons réutilisables pour se démaquiller

Les cotons démaquillants, une vraie plaie dans la salle de bains ! Depuis plus d’un an, j’utilise des petites lingettes en bambou ou en microfibre réutilisables pour me démaquiller. Je tourne avec 7-8 petits carrés en bambou, et encore… je ne me démaquille pas tous les jours ! (pas bien, je sais !) Elles passent en machine avec les essuies/serviettes. Et même le jour à lèvres ne résiste pas à ma lessive home made !

10. Faire ses collations et ses goûters soi-même

C’est aussi une des habitudes qu’on a changée récemment. Le fait que j’adore la pâtisserie aide beaucoup, forcément! Mais j’ai découvert aussi une autre manière de faire de la pâtisserie, de faire des goûters sains avec de bons produits. Chaque week-end, j’essaie de prendre le temps de préparer des collations pour la semaine : cake, gaufres, biscuits, barres de céréales, cookies… J’essaie de varier les goûts et les plaisirs, pour que cela plaise à tout le monde à la maison ! Je ne vais pas vous mentir, cela prend clairement du temps, mais c’est un vrai plaisir au final de manger son propre biscuit avec le café, par exemple. Dès que je peux, j’associe les Girls à l’élaboration des collations. Elles préfèrent lécher le plat 🙂 mais sont fières de manger leurs créations. Ce qu’elles aiment par-dessus tout ? Les gaufres au chocolat ! De notre côté, PapaGirls et moi adorons les barres aux céréales. Je nous en prépare chaque semaine en variant les associations… Miam ! Vous trouverez plusieurs recettes de collations dans la rubrique « à table » du blog 🙂

Voilà où nous en sommes dans notre démarche ZD. Et encore, j’aurais pu citer les bee’s wrap (tissus enduits de cire d’abeille qui remplacent l’aluminium ou le film plastique), les furoshiki (l’alternative tissu au papier pour les emballages cadeaux), les achats en seconde main (jouets, vêtements), les paniers qu’on récupère via Too Good To Go, nos essuie-tout lavables, nos courses en vrac, nos yaourts, nos pains maison et nos courses à La Ruche qui dit Oui ou chez les petits producteurs… On aimerait encore aller plus loin dans les mois à venir. Je suis contente et confiante, car l’Homme (qui était le plus réfractaire au début) est monté dans le train avec nous. Ensemble, on ira loin, c’est sûr !

Vous avez, vous aussi, envie de faire quelques pas zéro déchet, mais vous ne savez pas par quoi commencer ? Surtout ne changez pas tout en même temps, allez-y progressivement. Attaquez-vous par exemple à ce qui est le plus facile et plaisant pour vous, surtout au début. Certains préfèrent la pâtisserie, d’autres sont plus attirés pas les cosmétiques maison, ou plus doués pour la couture en mode « récupération ».

Le monde ne s’est pas fait en un jour, mais il est temps d’en prendre soin. Alors chaque pas que vous ferez vers le zéro déchet sera peut-être un petit pas pour vous, mais dites-vous qu’il servira aussi de modèle aux générations futures ! 

BONNE NOUVELLE [concours]

Pour fêter le passage aux 700 abonnés sur Instagram, j’avais promis un concours en mode ZD… 🙂
Il sera lancé ce 9 avril sur mon compte Instagram et sur ma page Facebook ! Ne le loupez pas, il est unique, je l’ai imaginé spécialement pour vous, avec des produits que j’affectionne particulièrement ou que j’utilise moi-même.

La boite que je mets en jeu contient :

  • Un sac en tissu (Sostrene Grene)
  • Un carnet avec la couverture en liège (pour noter vos recettes zéro déchet ? 🙂 )
  • Une pochette en tissu Snack’n Go pour emporter les tartines ou les collations (Ecoterre)
  • 5 sacs réutilisables et lavables en coton pour emballer les céréales/légumineuses/légumes (Ecoterre)
  • Un shampoing solide pour cheveux normaux (Ecoterre)
  • Un bloc de savon de Marseille (Ecoterre)
  • Une petite bouteille en verre dans laquelle je mettrai quelques centilitres de ma lessive maison ! (Sostrene Grene)
  • Une boite dans laquelle je glisserai peut-être quelques biscuits maison (Sostrene Grene)
  • 5 petits sachets de thé réutilisables en tissu (Ecoterre)
  • Un savon Orange et cannelle (Ecoterre)
  • Un bocal en verre avec des bonbons (Sostrene Grene)
  • Un oriculi pour remplacer le coton-tige (Ecoterre)

Aucun de ces produits ne m’a été offert, mais pour être tout à fait complète, je précise que je suis ambassadrice Ecoterre et qu’à ce titre, vous pouvez bénéficier de -10 % sur vos achats avec le code LAUANDTHEGIRLS10 !

Les conditions de participation sont sur ma page Facebook et mon compte Instagram. Le concours est accessible à la Belgique et à la France et sera ouvert du 9 au 19 avril à 23h59. Bonne chance à tous !

10-pas-zero-dechet


12 réflexions sur “Consommer autrement : 10 premiers petits pas vers le zéro déchet

  1. Pour une fois qu’un concours me fait vraiment envie! (d’ailleurs c’est aussi là que je vois que ma mentalité a changé…Avant j’étais tentée par les petits concours dans ce genre, maintenant je réfléchis et je me dis qu’en fait la plupart du temps je n’utiliserai en fait pas les produits, donc, je ne joue plus^^).
    Au delà de ça ton résumé est très bon, j’appliquer déjà pas mal de ces points mais je n’ai pas encore franchi le pas sur d’autres ; évidemment il y a urgence à agir mais je crois qu’il faut aussi y aller à son rythme et selon ses propres habitudes pour entrer dans une vraie démarche durable et pas une restriction dure à tenir sur le long terme.

    Aimé par 1 personne

    1. Bien sûr, il faut que ces changements d’habitude restent gérables et ne deviennent pas une charge, sinon c’est voué à l’échec. C’est pour ça qu’il faut choisir ses batailles, surtout au début. Aller à son rythme, comme tu dis. Et accepter que son propre rythme ne soit pas celui du voisin 🙂
      Le concours sera lancé vers 13h, je pense 🙂 Bonne journée !

      J'aime

  2. Merci pour le partage de tous ces petits pas . Je vous suis déjà pour quelques uns .un jour à la fois . Cela est très motivant et inspirant de lire les expériences des autres .on a presque l’inspression de faire partie d’une famille et que celle ci s’aggrandit de jour en jour . Merci pour ce concours 🙏👍

    J'aime

  3. Effectivement, le thème est à la mode. Suis justement entrain de travailler dessus aujourd’hui. Pour le coup j’applique 7 de tes 10 points et suis en cours de réflexion/application pour deux autres.
    Celui pour lequel je n’ose franchir le pas, c’est le celui pour la lessive maison. Est ce parce que nous avons flingué un lave linge avec une lessive inappropriée ?
    Merci pour cet article 🙂

    J'aime

Répondre à Picou Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s