Cela date déjà de plusieurs mois, mais il me fallait peut-être ce délai pour digérer cette séance et pour avoir le recul nécessaire sur ses effets.
Je suis plutôt quelqu’un de sceptique, très pragmatique et terre-à-terre. Pas forcément réfractaire aux médecines alternatives (j’ai connu d’excellents effets de l’homéopathie sur moi, ou de l’ostéopathie sur mes filles et moi), mais sceptique. Heureusement, mon scepticisme s’accompagne de curiosité et de l’adage « rien à perdre, tout à gagner ».

Voici donc la seule et unique expérience de kinésiologie que j’ai connue et ses effets sur ma fille de 14 mois à l’époque. Comme pour toutes les médecines alternatives et toutes les personnes qui consultent, il y a à prendre et à laisser. Je reste dubitative par rapport à certains gestes, certains faits ou certains constats, mais impressionnée – voire même bluffée – par d’autres. Cette expérience est la mienne et celle de ma fille, ne croyez surtout pas que cela se passera de cette façon si vous consultez un kinésiologue. Je pense que chaque kinésio a sa manière de pratiquer et que chaque patient réagit différemment.

La séance de BébéCha chez la kinésiologue

Cela faisait plusieurs mois que le numéro de téléphone de la kinésiologue traînait sur un post-it sur mon bureau. J’avais beaucoup discuté avec une amie (coucou jolie maman de O, H et A – je sais que tu me lis !) de nos difficultés à comprendre BébéCha. De son caractère soucieux et difficile, de cette impression qu’elle n’était pas bien à nos côtés et de notre incapacité à la calmer parfois. Elle avait déjà eu l’occasion de consulter une kinésiologue avec d’excellents résultats sur ses fils. Alors en avril dernier, dans une période plus difficile ponctuée de réveils nocturnes et de siestes (très) écourtées par les crises de pleurs, j’ai décroché mon post-it et appelé la kinésiologue.

Je me suis rendue à ce rendez-vous à la fois pleine d’appréhension, de curiosité, mais aussi d’espoir. Je ne savais pas très bien ce qu’était la kinésiologie (je ne suis toujours pas une spécialiste d’ailleurs), mais en quelques mots, le kinésiologue utilise les tests musculaires pour interroger les « énergies » du corps, la « mémoire » du corps et des cellules. Il est ainsi en mesure de détecter des blocages ou des stress empêchant de vivre bien et les « corrige ».

Ma première impression fut excellente. Une kinésiologue qui prend le temps, qui écoute, dans la douceur et l’empathie. Elle m’a posé beaucoup de questions sur BébéCha, ma grossesse, sa naissance, son comportement… Puis on l’a allongée sur la table de traitement (comme chez un kiné). Les choses se sont corsées rapidement, car BébéCha ne supportait pas de rester dans cette position, se débattait et hurlait en continu. Pendant que je la maintenais, la kinésio l’a manipulée très légèrement (principalement la nuque et la main), comme si elle avait besoin de sentir les ondes qui se dégageaient de ma petite fille.

Les constats de la kinésiologue

Premier constat : BébéCha était certes née physiquement, mais n’acceptait pas d’être née mentalement. Comme si à la naissance, son corps et son âme ne s’étaient pas bien « emboîtés ». Première baffe.
Cette petite fille que j’avais portée durant 9 mois et choyée durant 14 n’arrivait pas à s’ancrer dans le monde. Parce qu’elle n’avait pas décidé de naître ce jour-là (je t’ai parlé de mon déclenchement ici). Et parce qu’elle était arrivée tel un boulet de canon, tellement rapidement qu’elle n’a pas eu le temps de « réaliser » qu’elle naissait.

Deuxième constat : ma petite fille était remplie de peurs et d’angoisses… des mots qui sont durs à entendre pour une maman (tout aussi sceptique qu’elle soit). « OK, So what ? C’est bien beau, mais on fait quoi maintenant ? » La kinésiologue a répondu calmement : « hé bien, on va arranger ça ! »

Elle a travaillé avec de légères manipulations (parfois, simplement en faisant des gestes au dessus de BébéCha !) et avec des massages aux extraits d’huiles essentielles. Elle a travaillé sur certains organes qui semblaient complètement bloqués. La rate (ancrage dans le monde), le cœur (confiance en soi, amour de soi), la gorge (communication)…

Et les effets, alors ?

La kinésio a ‘travaillé’ sur BébéCha pendant plus d’une heure et demie. Et la sceptique que je suis a vu son bébé se détendre au fil des minutes de manière spectaculaire. Les hurlements des premières minutes de la séance ont fait place aux rires avec la kinésio. Incroyable. Je n’avais jamais vu ma fille aussi détendue ! A cet instant, je ne savais pas encore quels allaient être les effets de cette séance à moyen et long terme. Mais force était de constater que des effets immédiats et directs se faisaient déjà ressentir.

La coquine lors de nos dernières vacances ! Du chemin parcouru depuis cette fameuse séance chez la kinésio.
La coquine lors de nos dernières vacances ! Du chemin parcouru depuis cette fameuse séance chez la kinésio…

Le soir-même, BébéCha a recommencé à faire des nuits complètes, sans réveils en larmes.

Le lendemain, elle s’est remise à faire des siestes bien plus longues.

Donc oui, cette séance a eu des effets très positifs. J’ai encore du mal à l’expliquer, mais je suis convaincue que ces siestes et ces nuits retrouvées ne sont pas le fruit du hasard…

Aujourd’hui, BébéCha a encore des peurs et des angoisses, c’est sûr. On a parfois encore du mal à se comprendre toutes les deux (et tous les quatre). Mais si nous le jugeons nécessaire (je ne veux pas en abuser), nous referons appel à la kinésio. Sans hésiter !

Et toi, as-tu déjà testé la kinésiologie avec tes enfants ? Raconte !

Publicités