En voilà une question, me direz-vous… une question que je me pose de plus en plus souvent au fur et à mesure que mes filles grandissent. Depuis qu’elles sont là, et même avant, comme de nombreux futurs parents, j’avais des principes et des envies… 

Des principes d’éducation, en lesquels je croyais dur comme fer, parce que ce sont les seuls que j’ai connus et qu’ils ont fait aujourd’hui, en grande partie, celle que je suis (pas trop mal éduquée, je pense :-)).

D’autres que j’avais envie de remettre en question. Par opposition nécessaire ou besoin de faire « encore mieux », d’approcher du « parfait ».

Et puis des inspirations guidées par certaines lectures, de Filliozat à l’éducation bienveillante, en passant par Montessori, pour ne citer que celles-là…

Bref, différentes manières de voir la vie, de façons de guider les enfants vers ce qu’on pense être bien.

Mais dans la réalité quotidienne d’une famille avec 2 jeunes enfants et 2 parents qui bossent à temps plein, la fatigue, le stress et le manque de temps prennent souvent le pas sur certains principes d’éducation, il faut bien l’avouer… On fait ce qu’on peut, pas toujours ce qu’on voudrait faire 🙂

Et quand on ne sait pas toujours comment réagir ou quoi faire, on se raccroche nécessairement à ce qu’on connaît déjà. C’est rassurant, forcément !

Or, ce qu’on connaît déjà, c’est l’éducation qu’on a reçue. Parfois, je me dis que c’est un peu comme le fameux débat entre l’inné et l’acquis. Les « principes » d’éducation que nos parents nous ont inculqués… sont-ils ancrés en nous ? Peut-on inverser complètement les choses ?

Ne vous méprenez pas : je suis convaincue d’avoir reçu une bonne éducation, j’en suis fière même ! Mes parents m’ont inculqué des valeurs essentielles : le respect, le goût de l’effort et du travail bien fait, la confiance qu’on ne brise pas, la tolérance, le jusqu’au-boutisme, la vérité, la loyauté, le sens de la famille…

Aujourd’hui, avec mes filles, et malgré tous les livres que j’ai pu lire et toute l’admiration que j’ai pour les principes de bienveillance notamment, je me surprends à reproduire intuitivement l’éducation que j’ai reçue. Qui par ailleurs, fut tout aussi bienveillante que celle qu’on croise au fil des lectures bloguesques (ou pas). Et qui a l’air de fonctionner, même s’il y a quelques petits ratés parfois.

J’aime voir l’éducation comme une recette de cuisine

Il y a toujours ce joli melting pot : on picore un peu chez moi, un peu chez lui, un peu chez les autres et un peu dans les lectures ou les valeurs dans lesquelles on croit. On saupoudre de quelques traits de caractère propres à chacun, de bonne volonté et de bienveillance. Un petit mélange qui nous convient pour l’instant, qui nous demande parfois quelques ajustements, parce qu’il arrive que le mélange ne prenne pas ou tourne mal. Mais le plat est pas si mauvais, finalement. Et la recette évoluera sans aucun doute au rythme où les 2 principaux ingrédients que sont nos filles grandiront !

Et vous, vous reproduisez l’éducation de vos parents ou vous avez votre propre petit mélange ?

Publicités