Ce n’est plus un secret pour personne… si tu me suis, tu sais que la Deuz’ entre à l’école demain matin. Je ne te dirai pas dans quel état je suis à quelques heures du grand saut… j’oscille entre stress, excitation, appréhension et fierté. Comme quand je rentrais moi-même à l’école, finalement 🙂 On ne se refait pas !

Et avec l’entrée à l’école se ferme une page de la vie de la Deuz’ (à peu près 90% de sa vie d’ailleurs), mais aussi de notre vie à tous les 4.

Celle du milieu d’accueil. Celle de Nanou, sa gardienne, son accueillante, sa nounou.

Ce matin, avec une grosse pointe de nostalgie, je relisais cet article, que j’avais écrit il y a 2 ans, alors même que la Deuz’ passait son premier été chez la gardienne, et la Prem’s, son dernier.

On dit adieu à un quotidien qu’on connaît depuis 4 ans et demi. Qui coïncide avec nos débuts de parents. Qui nous marquera à jamais. Et à l’heure de tourner cette page importante pour nous 4, je me rends compte qu’il y a certaines choses qui vont me manquer… et j’ai envie de vous les partager !

1/ Tout savoir de ce qui se passe

Confier son enfant à une nounou, une gardienne ou une puéricultrice dans une crèche, c’est lui confier ce qu’on a de plus cher au monde. Et si les débuts sont parfois plus difficiles pour Maman que pour BabyChou, l’avantage est que tu peux toujours envoyer un sms, téléphoner, avoir des nouvelles en direct live. Et de la quantité de légumes à la consistance de ses selles en passant par ses heures (minutes) de sieste, même s’il n’est pas auprès de vous, il y a toujours moyen de TOUT savoir de sa vie. Et même parfois, d’avoir des photos !

Pas à l’école, non. Tu imagines, si les 25 mamans envoyaient un sms chaque jour à l’institutrice pour connaître le menu de la collation et si l’institutrice devait envoyer un WhatsApp chaque fois qu’un de ses élèves a fait caca dans le pot… Mouhahahaha !!! De l’école, tu ne sauras pas grand-chose de la vie de ton Chouchou. C’est peut-être mieux ainsi, remarque. Mais ça va me manquer.

2/ Prendre le temps le matin

L’école commence tous les jours de l’année à 8h30. Ce qui signifie que même si tu es en télétravail ou en congé, le Chouchou, lui, doit être en classe à l’heure dite. Donc tu dois te lever, même si tu es une marmotte. Pire. Tu dois réveiller le Chouchou. Même s’il tient de toi. Damned.

Chez la gardienne, tu arrives quand tu veux, tant que cela reste raisonnable bien sûr. Les jours de congé, de « je-commence-ma-journée-plus-tard » ou de télétravail, les heures de sommeil pouvaient être plus nombreuses pour tout le monde. Et si Chouchou arrivait à 9h30, personne ne le regardait de travers.

3/ Du temps pour Papa et/ou Maman

Dans le même ordre d’idée, l’école termine à 15h15. La gardienne, à 17h30. CQFD.

(oui, je suis une mauvaise mère – tu peux me jeter des cailloux, vas-y !)

4/ Cette impression de faire partie d’une famille

Avec leurs nounous, les autres parents d’enfants, et les enfants eux-mêmes, il y avait ce sentiment d’être une petite famille. Un petit groupe qui se côtoie au quotidien, prend des nouvelles des uns et des autres, au fil des petites maladies, des vacances, des grossesses, des premiers pas ou des premières dents. On a vu grandir tellement d’enfants autour de nos filles. On a construit des amitiés aussi. On s’est toujours sentis bien, là où ont évolué nos filles.

A l’école, tout va plus vite souvent. On connaît les parents, oui. Et certains sont des amis. Mais on est loin de les connaître tous, on n’a pas les mêmes horaires, on se croise en vitesse le matin ou le soir au gré d’un « Bonjour ça va ? ». Et j’avoue que j’ai parfois du mal à reconstituer les familles (« quoi, le grand type à lunettes que je croise devant la grille le matin, c’est le papa de Machinchouette ? T’es sûr ? C’est pas plutôt celui de TrucMuche ? »)

5/ Ce sentiment d’avoir encore un bébé

La page du milieu d’accueil se ferme, celle de l’école s’ouvre. Pour de nombreuses années. Ce qui signifie qu’immanquablement, je n’ai plus de bébé à la maison. A présent et pour toujours, j’ai 2 grandes filles. Qui vont grandir, apprendre, connaître, se dépasser, se faire des amis, construire leur personnalité. Il n’y aura plus de bébé à la maison. J’en suis fière et c’est dans l’ordre des choses. Ainsi va la vie. Mais au fond de moi, comme toute maman, cette fierté est empreinte de nostalgie. Ce bébé, la deuxième et dernière de notre famille… (non, y’aura pas de Troiz’ !) ce BébéCha va me manquer. Place à ma fille, place à Chacha.

On pourrait aussi faire la liste de ce qui ne nous manquera pas (comme la facture à la fin du mois), mais ce serait probablement moins poétique ! lol

Et chez toi, il y a un « passage » du milieu d’accueil à l’école dans les prochains jours ? Qu’est-ce qui va te manquer (ou pas) ? Dis-moi tout !

Publicités